Une enquête de PHSQ et du CVAO montre que les officinaux connaissent encore mal les Biosimilaires

Dans le cadre du colloque annuel du comité pour la valorisation de l’acte officinale (CVAO), son président Jean-Michel Mrozovski et la président de Pharma Système Qualité (PHSQ), Laëtitia Hible ont conjointement présenté les résultats d’une étude conduite par leurs deux associations afin de mesurer les connaissances et les attentes des officinaux en matière de biosimilaires. Résultats : les biosimilaires restent encore mal connus des officinaux. Sur les 330 pharmaciens d’officine interrogés, quelque 59 % des répondants déclarent percevoir les biosimilaires comme des médicaments de moindre qualité que le médicament biologique de référence et 46% des répondants reconnaissent la nécessité de disposer de connaissances particulières sur des médicaments. Bien que les pharmaciens avouent majoritairement (64 %) méconnaître ces produits, la majorité (51%) reconnaît avoir constaté un accroissement de leurs ventes depuis un an. Une situation qui va nécessiter une mise à niveau des connaissances des pharmaciens afin de pouvoir correctement accompagner les patients comme le nécessitent ces produits. D’autant que le contenu de l’information à transmettre au médecin traitant, fait la part belle aux informations techniques (37%) et pour 20 % à la capacité du patient à faire bon usage de son traitement et, pour 29%, au ressenti du patient face à son biomédicament. L’enquête réalisée par PHSQ démontre d’ailleurs que les pharmaciens ont la volonté de se former pour être de véritables acteurs de la substitution de biomédicaments par des biosimilaires. Une stratégie bienvenue, puisque conformément aux objectifs fixés par la stratégie nationale de santé (SNS), ce marché semble prometteur avec un taux de pénétration de 80% (ville et hôpital) d’ici à 2022. A charge donc aux professionnels de santé et en particulier aux pharmaciens de s’y intéresser pour convaincre les patients d’adhérer à ces médicaments similaires aux médicaments biologiques en termes de qualité, de sécurité, d’efficacité et d’immunogénicité.

Sources : Profession pharmacien n°140 (1/11/2018) ; Profession pharmacien.fr (9/11/2018)

https://www.profession-pharmacien.fr/actualites/2338-les-biosimilaires-restent-meconnus